lundi 27 avril 2015

Pétition RER A: pour plus d'arrêts à Lognes...

Je vous fait part de cette pétition qui est en ligne depuis depuis deux semaines déjà, en voici le contenu:
"Nous demandons à la Mairie de Lognes d'intervenir fortement auprès de la R.A.T.P. pour que la desserte de la gare du R.E.R. A soit mieux assurée.
Le RER A est la ligne la plus chargée de France. Il n'a pas suffit de remplacer les rames par des voitures à deux étages pour rétablir un service correct. Les pannes et les suppressions de trains s'accumulent et nous portent préjudice.
Les utilisateurs du RER sont nombreux à Lognes.
Trop souvent, ils doivent attendre en regardant passer des trains qui ne s'arrêtent pas. Particulièrement pour rentrer de Paris, les trains sont régulièrement des directs (QAHA) et lorsqu'un train est supprimé, c'est généralement l'un de ceux qui desservent notre gare : il arrive que sept trains partent vers l'est avant que l'un desserve, bondé et en retard, Lognes.
Ainsi, il n'y a pas de train retour entre 12h09 et 12h23, entre 12h29 et 12h43, entre 12h49 et 13h03, entre 14h29 et 14h43, entre 15h49 et 16h03 et surtout, dans la tranche horaire de la fin de l'après-midi entre 18h16 et 18h26, entre 18h26 et 18h36, entre 18h36 et 18h46, entre 18h46 et 18h56, entre 18h56 et 19h06
La RATP est une régie publique. Elle est soutenue par l'état et la région. Elle a pour mission d'assurer un service public. Quand nous achetons un billet ou un Pass-navigo, ce n'est pas seulement en tant que client que la RATP doit nous traiter, mais comme citoyen, envers lesquels elle a une obligation de service. Nous attendons de la Mairie qu'elle intervienne pour nous faire respecter".
Vous pouvez cette pétition à cette adresse:  https://www.change.org/p/la-mairie-de-lognes-p%C3%A9tition-pour-que-les-rer-a-s-arr%C3%AAtent-%C3%A0-logneshttps://www.change.org/p/la-mairie-de-lognes-p%C3%A9tition-pour-que-les-rer-a-s-arr%C3%AAtent-%C3%A0-lognes
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gare_de_Lognes

mercredi 1 octobre 2014

Conseil municipal du 29 septembre 2014: ce fut bien chaud !


Lundi 29 septembre c'était jour de conseil municipal à Lognes. 

Un petit je ne sais quoi flottait dans l'air, comme une odeur de souffre, une sorte de chaleur qui allait peser sur la soirée. Je me rendais donc assez gaillardement à l’hôtel de ville afin de m'enquérir de l' actualité de nos élus.
Devant l'entrée je découvrais un petit attroupement de jeunes filles venues accompagner quelques un nos plus sympathiques animateurs (trices) des structures dédiées à l'adolescence. Ces jeunes demoiselles se trouvait être pour le moins enthousiaste.
L'heure de monter dans la salle du conseil venait de sonner, et je me retrouvais au milieu de quelques initiés à ces moments bien solennels. Les points à l'ordre du jour furent traités jusqu'au n° 9, 10 et 11 qui amenèrent l'opposition à poser quelques questions à ses collègues de la majorité à cette assemblée. Je dois dire que les réponses données par notre maire, qui me semblait bien agacé, laissèrent quelques interrogations et des points en suspension.
Un autre point amena quelques houleux débats à l'évocation de l' état de certains bâtiments municipaux et particulièrement celui de l'école de la Maillière. En effet, à la demande de la liste Phomnouansy, une visite de certains de nos édifices fut organisé et il en ressort que la sécurité n' était pas optimum (des extincteurs n'ayant pas reçu de visite de conformité depuis trop longtemps), que l'état sanitaire allait de paire (des assiettes appelaient à l'aide dans un bain d'eau d'une douteuse clarté, des fortes odeurs à l'origine bizarre…). Depuis cette dernière visite, ces différents points semblent avoir été traités et vous me direz que l'on ne parle jamais des trains qui arrivent à l'heure.
Je vous passe les différents autres points à l'ordre du jour, pour en venir au moment le plus explosif de cette soirée. Une question de Martine Andrieux, liste d'opposition, relative à une offre d'emploi émanant des ressources humaines attira plus particulièrement mon attention. Je me doutais que cette dernière question n'était pas posée au hasard. Notre Maire y répondit comme il sait parfois si bien le faire, c'est à dire dans une parfaite langue de bois. Un ancien conseillé municipal confia à qui voulait l'entendre que l'un de ses enfants avait été embauché sur l'un des postes en question. A cette réponse non satisfaisante de l'édile, deux animateurs dont les contrats ne furent pas renouvelés fin août se levèrent à l'unisson. Vous devez bien vous douter qu'ils n'avaient pas fait le voyage pour rien. En cette fin de conseil, ils sont donc allé interpeller notre Maire quand aux raisons qui avaient motivés ce non renouvellement de contrat. Le débat autour de cette question fit peser un climat plus que tendu. Plusieurs conseillers municipaux liés de près ou de loin à cette affaire furent interpellés par nos deux amis animateurs et tentèrent de se justifier en s'empêtrant dans une complète confusion.
Certaines paroles, qui laissent des questionnement en suspens, furent prononcées, et pour des raisons de confidentialité je ne peux vous les répétées. Je me dois de ménager le suspens pour un prochain billet sur ce blog. Je ne peux également que vous conseiller de prendre contact avec les différents acteurs de cette soirée qui va rester dans ma mémoire comme un très grand moment de prise de paroles citoyenne et de grand courage de la part de ces deux animateurs.

lundi 24 mars 2014

Wanted Posse, un retour aux sources

Lors de mon dernier billet rapportant mon entretien avec Kanon du Ghetto Style movement et Mamson du Wanted Posse, ce dernier nous avait indiqué la venue de « Révolution » au théâtre Lino Ventura de Torcy.
Je m'y suis donc rendu afin de vous en donner quelques impressions.
Ce spectacle a donc débuté avec une première partie composée par Jackson Borgia Pouckou aka Jackson, également membre du Wanted Posse. Chacun est libre d’interpréter cette mise en scène tant elle peut sembler déroutante, étrange. J'ai cru y découvrir la naissance d'un peuple, sa mise à l'index sous la contrainte et enfin son retour à la vie avec une libération bienfaitrice. N'est-ce pas là une vision de cette période que l'on appelle l'esclavage ? J'y ai senti un artiste très sensible et sa vision de cette période, si bien sûr telle fut son idée, marque les esprits. Jackson est à n'en pas douter riche d'idées, d'émotions et son rapport à la mise en scène me semble singulièrement novateur. Un savant mélange de phases hiphop, de pas de danses plus contemporaines nous ont amenés à réfléchir sur ce monde qui est le notre aujourd'hui, avec ses contradictions mais aussi ses dures réalités.
En seconde partie, nous avons retrouvé l'une de nos plus grandes compagnies de danse hiphop, si ce n'est la plus grande. Pour ce spectacle « Révolution », quelques membres du Wanted Posse nous ont offert un pur moment de bonheur. La mise en scène rejoint celle de Jackson en ce sens qu' il est également possible d'y définir trois périodes bien distinctes. J'y ai vu une peinture de ces périodes difficiles qui restent communes à certains pays comme la France, l' Angleterre ou bien encore les États-Unis d' Amérique. Souvenez-vous de Clichy sous Bois en 2005, Villiers le Bel en 2007, Tottenham en 2011, et plus avant du mouvement des droits civiques initié par Rosa Parks à Montgomery, USA.
Donc une première partie initiant un mouvement de révolte, puis une seconde avec celle de la répression par l'incarcération des protagonistes, et enfin cette troisième partie avec la libération et les liens d'une indéfectible amitié naissante. La qualité de la chorégraphie, le jeu des acteurs et le traitement avec quelques touches d'humour savamment distribués font de ce spectacle un moment rare ou petits, grands, jeunes mais aussi plus anciens ont communié pour ce retour aux sources du lieu de naissance de ce fabuleux groupe d'artistes qu'est le Wanted Posse.